VECTOR ESCAPE : Interview de Adrien Tardy

Interview par Valérie Gérard / Illustration d’Adrien Tard /en collaboration avec le groupe vector.ninja

Strange Forest — Illustration vectorielle d’Adrien Tardy



Diplômé à la Haute École Albert Jacquard, Adrien Tardy est un jeune de 23 ans. À l’image de ces étudiants en Infographie dont on parle encore entre professeurs, il a captivé notre attention par son inventivité graphique et son bel esprit de collaboration.

Alors qu’il projetait son magnifique film de fin d’études, je revenais tout doucement à Jacquard pour y préparer le cours de design vectoriel dédié aux étudiants du Bloc1, notre première année dédiée aux techniques graphiques. Je n’ai donc pas eu le privilège de rencontrer Adrien, mais depuis lors, j’ai suivi avec attention l’actualité de ses créations via son compte Instagram, ou via sa page Facebook.  

Adrien Tardy, Illustrateur/Animateur.



CinqMille : Bonjour Adrien ! Quelle est donc cette mystérieuse aventure Escape Game ? 

Adrien : J’ai eu plaisir de travailler sur un second livre d’énigmes pour Mango Editions, appelé « Enquête à Baker Street », qui vient tout juste de sortir ? (NDLR : en prévente à la FNAC)



CM : Est-ce que tu peux nous en dire plus sur toi ? Qui es-tu ninja* ?

*ndlr : interview réalisée avec la collaboration du groupe vector.ninja.

A : J’ai grandi dans le sud de la France avant de venir faire mes études à l’HEAJ de Namur, où j’ai suivi un cursus d’Illustration/Animation 2D.

Ensuite, j’ai travaillé dans un studio et en tant que freelance durant 1 an, et je suis désormais Illustrateur/Animateur chez Cartoonbase.





CM : Quel est le dojo idéal pour exercer ton art ?

A : Un studio avec des personnes qui partagent la même passion. Ça permet d’évoluer rapidement, et de découvrir fréquemment de nouvelles astuces et techniques.

CM : Peux-tu nous raconter un peu ton parkour graphique ?

A : En commençant mes études, j’ai d’abord voulu me diriger vers la 3D, puis je me suis intéressé au painting, avant de trouver ma passion dans l’illustration vectorielle et l’animation. 

Illustration d’Adrien Tardy : Lost Satellite

CM : As-tu le souvenir d’une ou deux missions spéciales ?
L’expérience avec Solex peut-être?

A : Un des projets que j’ai le plus apprécié, c’était le travail de fin d’études « Encore une journée grise », réalisé avec Morgane Simon pour le groupe de musique “Solex”. C’est un clip mêlant à la fois vectoriel et animation frame by frame en bitmap, et qui parle du burnout.

Voir le film d’animation d’Adrien Tardy et Morgane Simon : https://vimeo.com/275579934


CM : Décris-nous ton style graphique et que racontent tes images ?

A : Je réalise généralement mes illustrations en vectoriel**, en mettant en avant la perspective et les palettes de couleurs réduites.

Ce que j’aime le plus, c’est inclure des petits détails dans les décors, qui peuvent suggérer ce qu’il s’est passé, mais sans en dire trop pour laisser place à l’imagination du lecteur.

Illustration d’Adrien Tardy : “Enquête à Baker Street”, Mango Editions

CM : Une arme secrète à dévoiler ? Une petite astuce technique à partager ?

A : Deux astuces qui me font gagner énormément de temps quand je travaille sur Adobe Illustrator : l’utilisation d’instances pour les objets dupliqués (ndlr : symboles), et les couleurs globales.

CM : Quel serait ton conseil pour les néos ? Une méthode d’entraînement ou de travail ?

A : Faire plusieurs variantes de couleurs d’une même illustration, bien travailler le croquis avant de commencer la mise au propre, et ne pas hésiter à repartir de zéro.

CM : Peux-tu nous citer un Maître du vectoriel ou nous partager l’une ou l’autre de tes influences vectorielles à épier sur le web ?

Charlie Davis, Boris Zaion , Peter Greenwood

CM : Un Mojo, une citation, ou encore une petite note d’humour noir à méditer ?

« Le mieux est l’ennemi du bien »

A : Il m’est arrivé fréquemment de vouloir aller plus loin dans une illustration, de vouloir rajouter encore plus de détails, alors que souvent, la simplicité est la clé. 

CM : Vision de nuit ! Comment imagines-tu le futur du design vectoriel ?

A : L’illustration vectorielle pourrait évoluer de nombreuses manières, mais un aspect qui se développe et m’intéresse particulièrement est la réalité augmentée. Comme voir des couvertures de livres ou de magazines s’animer au passage d’un smartphone ou de lunettes.

CM : Qu’est qu’on peut te souhaiter de mieux pour ta carrière, dans 5 ans?

A : Je compte poursuivre mon parcours d’illustrateur/motion designer, et éventuellement réaliser un autre court métrage dans les années à venir.

Merci Adrien &  bonne continuation !

DESIGN VECTORIEL ? 

Le design vectoriel est une technique de création numérique fondamentale en infographie.
Une image vectorielle (composée de courbes de bézier) offre l’avantage d’être agrandie à l’infini sans déperdition de qualité et d’être également plus légère qu’une image bitmap (composée de pixels) en terme de stockage de données.

Les champs d’applications du design vectoriel vont de la conception créative de logos et pictogrammes au design d’information comme la cartographie ou la datavisualisation, en passant par les techniques d’illustration, d’animation et du design d’interaction.

A propos de l’auteur :  

Valérie Gérard enseigne le design vectoriel et les techniques de conception graphique et de gestion de projets créatifs à la Haute École Albert Jacquard à Namur. En freelance, elle réalise également des illustrations pour des applications éducatives d’Éveil à la Nature et l’Environnement, ainsi que des stages créatifs Numérique+Nature, pour les petits de 6 à 12 ans.

Diplômée en Dessin & Infographie, Valérie a collaboré depuis 2000 en Belgique et aux USA, à de nombreux projets de communication graphique, d’animation, de jeux et de design web et transmédia. Elle est Membre fondateur des Urban Sketchers de Namur et du mouvement Illumine (né des Rencontres de l’illustration).

Contact : linkedin.com/in/valeriegerard

Commentaires

commentaires