« Puis, j’ai vu Twyxx… »

Chronique de Kris Paquet / Photo de Ayka Lux

Twyxx — à découvrir jusqu’au 25 septembre — Théâtre de Namur

Après notre rencontre avec Mercedes & Tom, j’assiste à leur première.

Les trois grandes portes sombres du théâtre sont ouvertes sur le hall de la nouvelle saison 2019 – 2020. Les liens se créent entre les différentes personnes du public. J’ai l’impression que chaque personne qui est venue connaît un autre visage des spectateurs impatients de découvrir le précieux projet de Mercedes & Tom.

Crédit Photo : Ayka Lux

Je ne cache pas que je suis un peu stressée de les voir apparaître sur le plateau du studio. Salle comble, on s’installe au dernier rang de la pièce gagnée d’une atmosphère chaleureuse.

Très vite, on en prend plein la vue, aucune respiration, le souffle coupé, une succession d’images se suivent et ne se ressemblent pas. Elles prêtent tantôt au questionnement, tantôt au rire; le rythme s’accélère, se robotise, on perd le fil, marche, arrêt, répétitions. Tout file et défile à une vitesse qui éloigne toute compréhension du zapping.

Le pari est audacieux, on observe le duo se mettre en scène. Puis, je repense à notre rendez-vous. Notre rencontre a commencé timidement et est très vite devenue très familière. On a pris le temps de parcourir toute la construction de leur projet. Ici, on est directement projetés dans leur univers éclectique! L’univers est teinté de références évidentes dans une salle où l’ombre prend le dessus sur la lumière. Prendre le dessus, c’est ce qui jongle entre eux, on pourrait même parfois imaginer Mercedes avec des petites cornes tel un bélier, dans sa manière d’illustrer la domination.

Crédit Photo : Ayka Lux

La lumière arrive par faisceaux pour illuminer des corps robotiques, cosmiques, des mouvements saccadés, cadencés. Mais ont-ils une âme? Les deux interprètes tiennent le rythme, les mouvements sont nets précis, réfléchis… Puis, même si tout file à une vitesse effrénée, vient la question du théâtre, de ce projet, de ce choix, de ce travail audacieux. Tom me disait « Est-ce que c’est ça le théâtre? », la question raisonne pleinement lorsque je me retrouve dans cet espace confiné. Je n’aurais pas imaginé un spectacle comme celui-là arriver à Namur, au Théâtre de Namur. Twyxx est né dans univers éclectique, d’un moodboard varié, mêlé de pop 80’s, d’une vision futuriste, à la sauce cosmique! Mais, très vite je ressens qu’il parle à tous.

Il met en lumière de nombreux codes de la relation à l’autre, de la relation de couple. Il touche également tellement à l’intime, à l’humiliation, à la dualité, à la comparaison, à la perception en restant dans un espace ouvert à ce que l’on découvre dans les médias classiques qui rythment le quotidien de certains.

Crédit Photo : Ayka Lux

Le lien d’attraction, de répulsion naît entre Mercedes et Tom sous nos yeux intrigués. Ce lien se transmet à l’entièreté de la salle accompagnée de ses questionnements. On arrive trop vite au terme de notre rencontre, on aurait envie que ça continue, ma voisine me dit « Ah ouais, une heure s’est déjà écoulée, eh ben! Je pourrais le revoir! ». Ben moi aussi je pourrais le revoir,
parce qu’ils sont tous deux incroyablement talentueux et parce qu’ils vont aller loin tous les deux! Aussi, nous sommes nombreux à saluer la qualité du travail qu’il y a derrière, qu’il soit au niveau sonore, visuel, physique, iconique…

Crédit Photo : Ayka Lux
Crédit Photo : Ayka Lux
Crédit Photo : Ayka Lux

Les références confondent plusieurs générations, j’avais à mes côtés des jeunes et des moins jeunes.

Mes pensées se confondent, je me dis plusieurs fois que le théâtre c’est ça aussi. C’est pour moi, la nécessité de vivre selon nos émotions.

Le théâtre se crée par ce que l’on voit, ce que l’on ressent, ce que l’on interprète, ce que l’on vit le temps d’un soir.

Le théâtre, c’est aussi pouvoir accepter toutes les émotions que cela peut créer en nous.

Le théâtre, c’est aussi pouvoir accueillir ce qui s’offre à nous, le travail que les auteurs et les interprètes souhaitent nous transmettre.

Le théâtre, c’est aussi mettre de côté la pudeur afin de percevoir une émotion brute et se laisser gagner par elle.

Le théâtre, c’est aussi pouvoir se dire, c’est pas simplement bien ou moins bien, c’est pouvoir nuancer son propos, se demander pourquoi j’ai trouvé ça bien ou moins bien. Le théâtre, c’est se créer soi-même son explication, car on a tous des perceptions différentes, des affinités bien différentes, le tout c’est de les accueillir, de laisser s’exprimer ce qu’on a au fond de nos tripes. Le théâtre, c’est sortir de sa zone de confort et pas toujours avoir une explication telle une définition d’un mot trouvé au dictionnaire.

Le théâtre, c’est se sentir bousculé par ce qui est offert.

Le théâtre, c’est aussi ça, c’est aussi Twyxx, c’est aussi ambitieux que le travail que Mercedes et Tom nous offrent à découvrir jusqu’au 25 septembre au studio.

Retrouver l’interview de Twyxx sur notre site
https://cinqmille.be/twyxx/

https://www.theatredenamur.be/

Commentaires

commentaires