Pour Namur, ma ville éternelle

Poèmes de Alexandre Martorana // Illustration Tiffany Vitali

En ces heures où la culture doit repasser sous silence, en ces heures d’avant fêtes, Cinqmille vous emmène dans les poèmes d’Alexandre Martorana. Un recueil dessinant la ville de Namur sous ces facettes célèbres mais aussi celles plus discrètes.


Place du Marché aux légumes

Lieu de rencontre
Lieu d’amis
Chaleur humaine 
Froideur d’hiver 
Baiser d’un soir 
Amour d’une vie 
Politique inexistante 
Religion absente 
Nuit de douceurs
Matin de douleurs
Souvenirs éphémères 
Mémoire éternelle  
Place du vieux 
Place aux jeunes 
Illustation // Tiffany Vitali
Comme Alexandre cite le surnom de la place du Marché aux légumes, qui n’est autre que la place du vieux, je me suis dit que j’allais m’inspirer de ce côté-là pour mon illustration. C’est pourquoi j’ai dessiné une seule personne âgée à l’avant-plan et, à l’arrière, une foule de jeunes attablés pour s’amuser.
La Valse namuroise 

Je t’invite à cette valse namuroise 
Celle qui caresse la Meuse et enjambe la Sambre 
Je t’invite à la valse namuroise 
Celle qui honore la citadelle et enjoue nos esprits 
Je t’invite pour un pas de danse 
Celui qui fait chavirer nos âmes et marie nos deux corps 
Je t’invite à cette danse particulière 
Au travers des ruelles sinueuses frôlant l’amour de nos débuts 
Pour terminer au pied de ce boulevard endormant piégeant nos désirs 
Namur, ville de mon cœur
Namur, ville de mon amour 
Illustation // Tiffany Vitali
Pour cette aquarelle, j’ai représenté des danseurs avec différentes parties de Namur : La Sambre et La Meuse, La Citadelle et la rue des Brasseurs, que j’avais prise en photo lors d’une virée sur Namur. J’avais également envie d’amener un contraste entre classique-urbain avec la partie valse et l’inscription Namur, dans un style graffiti.
Citadelle

Ô Citadelle
J’admire ton illustre grandeur 
Celle qui laisse place à la faiblesse 
De tes murs, j’admire la force 
De ton Histoire, j’en admire la vieillesse 
Ô Citadelle 
Je t’habite par mon esprit 
Je rêve d’exploiter tes lieux, tes théâtres et tes œuvres 
Tu as vue sur mon être et ma douce ville 
Protège-moi de l’avenir et soutiens mon passé 
Ô Citadelle 
Parcours le temps de ta splendeur 
Et jamais, ne laisse l’Homme sans espoir
Illustation // Tiffany Vitali
Le vers Protège-moi de l’avenir et soutiens mon passé m’a fortement inspirée. Je suis donc partie sur l’idée de dessiner une première partie en noir et blanc, en souvenir aux photos du passé et la deuxième en couleur, en référence aux photos actuelles. J’ai inscrit Namur. – La Citadelle en rappel aux anciennes cartes postales où le lieu était souvent inscrit de cette façon.
Delta

Le printemps nous embaume de sa chaleur 
Les pavés glissants font chavirer mon cœur 
Les arbres ont perdu de leur superbe 
La Ville s’éteint aux premières lueurs acerbes 
De noirs desseins parcourent mon astre divin 
Avec rancœur, les souvenirs sont bien distincts
Les bords de Sambre caressent nos rêves amoureux 
Sur ces escaliers, j’ai découvert la beauté de mille feux 
Je te revois, assise et fragile sur la place d’Armes 
Rêvant de toi, de tes mots et de tes courbes femmes 
Ma main tremblante posée sur l’échine de ta joue 
Mes yeux bruns scrutant le moindre espace de ton cou 
Nous reviendrons, livre à la main, sur le lieu de nos débuts 
Marqué d’un sceau sacré l’amour que nous avons vécu 
Illustation // Tiffany Vitali
J’ai dessiné le Delta, en référence au titre du poème. Je souhaitais également peindre une matinée de printemps où les deux protagonistes de l’histoire se retrouvent et je les ai représentés seuls pour mettre en lumière leur amour.