Plein feu sur la 43 e édition d’Antica !

Namur-Expo du 9 au 17 novembre.

Chronique par Lorraine Montellier

Le Kikk Festival à peine terminé, Namur entame sa nouvelle édition d’Antica. Preuve, s’il en fallait, que la capitale wallonne est le siège de rendez-vous culturels majeurs dans tous les domaines des arts. On partage avec vous certains de nos coups de cœur. Attention les yeux, splendeurs en perspective !

Pachydermes et Octopus
Presqu’un titre de roman pour vous parler de L’univers du bronze et ses puissantes œuvres de l’artiste Umberto. On est fasciné par son inquiétant « Octopus » aux allures aériennes et bondissantes. Cette halte a été l’occasion d’un agréable entretien avec Alain Richarme, cofondateur de cette  galerie parisienne, sur ce qui fait la caractéristique d’Antica pour nos voisins. Pour lui, si la foire tend de manière intéressante vers de plus en plus de modernité, elle résiste à la folie du « tout contemporain » des grandes capitales et ses visiteurs restent attachés à la présentation de pièces anciennes. Au registre des sculptures animalières toujours, on vous conseille la représentation poétique que Sophie Verger fait d’éléphants joueurs et pleins d’amour, renvoyant aux rapports fondamentaux entre adultes et enfants (Galerie Septentrion).

Scultures de Sophie Verger – Galerie Septentrion

Un autographe s’il vous plait !
Les fans de bande dessinée se régaleront à La Galerie Manuscripta, spécialisée dans les manuscrits et autographes. Cyril Gaillard y propose de très belles pièces comme un dessin au feutre noir de Corto Maltese signé et dédicacé par Hugo Pratt, une lettre de Charles Baudelaire, des manuscrits de Brassens, Gainsbourg ou encore un dessin signé et dédicacé par Jacques Prévert.

Dessin « Corto Maltese » Hugo Pratt – Galerie Manuscripta

La belle époque à la Galerie Ary Jan
Les férus de théâtre ne manqueront pas le splendide portrait de l’éternelle Sarah Bernhardt par Jules Georges Clairin, magnifiquement mis en valeur. L’enseigne parisienne est spécialiste du tableau orientaliste et Belle Epoque.

Portrait de Sarah Bernhardt de Jules Georges Clairin – Galerie Ary Jan

La très namuroise Belgian Gallery
Le stand de l’unique galeriste Namurois, La Belgian Gallery, en plus d’être l’un des plus grands de la foire, est un ravissement. Il impressionne par la riche diversité des œuvres proposées : Rops, Khnopff, Permeke, Carte, Delvaux, en passant par Spilliaert, ou encore Graverol. Notre coup de cœur va au magnifique Tour à Tour d’Alechinsky, ainsi qu’à la lumière émanant des œuvres de Taf Wallet lorsqu’il représente la côte belge.

« Le Rideau » Paul Delvaux – Belgian Gallery

On y rencontre l’un des fondateurs de l’enseigne, Pierre Babut du Marès, fils de feu Jean-Pierre Babut du Marès, l’un des plus grands spécialistes et collectionneur de Félicien Rops, ayant contribué à la diffusion internationale de l’œuvre de l’artiste namurois et l’ouverture de son musée. Il est passionné quand il évoque son amour pour les artistes qu’il défend avec ses associés, François Golenvaux et Yves de Brigode. Il se réjouit d’avoir contribué, au fil de leurs treize participations à Antica, à amener la foire à se tourner vers davantage d’œuvres contemporaines. C’est ainsi qu’aujourd’hui, des œuvres pop art d’Evelyne Axell ou encore les lignes abstraites de Guy Vandenbranden sont venues étoffer leur catalogue. Le stand propose aussi de nombreuses pièces malicieuses et hilarantes d’un certain Chat osant se comparer aux plus grands génies de l’histoire de la peinture … On laisse notre interlocuteur, alors que l’arrière petit fils de Constant Permeke vient le saluer. La Scène nous évoque qu’il y a parfois quelque chose de filial entre un galériste et ses artistes.

« Le peintre en extase » Evelyne Axell –
Belgian Gallery
Quelques oeuvres de Geluck –
Belgian Gallery

Explosion de couleurs et matériaux à la Leonard’s Gallery
Cette enseigne anversoise propose d’imposants clichés du photographe belge Eric Ceccarini, magnifiant des corps féminins peints. Une expérience sensorielle à part entière. Par ailleurs, les sculptures en céramique d’Etiyé Dimma Poulsen sont tout aussi fascinantes. Par un mystérieux contraste, ses totems sont d’autant plus expressifs qu’ils sont longilignes et d’une sobriété exquise. La claque !

Photographies d’Eric Ceccarini – Leonard’s Gallery
Scultures d’Etiyé Dimma Poulsen – Leonard’s Gallery

Quand Capazza rencontre Goudji
Le stand de la Galerie Capazza fait partie des références en art contemporain. Leur enseigne,  est sise au cœur de la Sologne, dans le corps de logis magnifiquement restauré du château de Nancay. N’hésitez pas à demander à Gérard Capazza de vous raconter, sa rencontre en 1976 avec Goudji, considéré par Daniel Alcouffe, conservateur honoraire du Louvre, comme le plus grand orfèvre français du 21ème siècle ! Créateur de douze épées d’académiciens français, on trouve ses sculptures dans les lieux prestigieux du monde entier. Le stand présente d’éclatantes statues d’argent, dont un très noble « Papageno ». On laisse notre galeriste, alors qu’un habitué vient le saluer. Le plaisir de se revoir n’est pas feint. C’est aussi cela Antica. Le rendez-vous annuel de collectionneurs fidèles, se faisant une fête de revenir chaque année.


Papageno, Goudji, Photographie Denis Durand/Galerie Capazza

Avec 135 exposants, autant dire qu’il ne s’agit ici que d’un infime échantillon de ce qui est présenté. La part belle est également faite aux bijoux, montres et meubles anciens. De nombreuses conférences sont proposées à ceux qui souhaitent approfondir certains sujets, comme l’état du marché de l’art. Et si vous êtes profanes, allez, déambulez, laissez-vous porter. Le beau a ceci de magnifique qu’il l’est d’autant plus lorsqu’il nous surprend, sans être interrogé.


Lorraine MONTELLIER

Plus d’info sur antica.be

Commentaires

commentaires