Maud Roegiers – Revenir à l’Essentiel

Interview de Laurie Macé / Photographie Sébastien Roberty

Stylisme, maquillage, graphisme et enfin illustration, les talents de Maud Roegiers sont multiples. Nous sommes partis à sa rencontre pour papoter de la sortie de son nouvel album : « La liste ». C’est auprès d’une famille bienveillante et en harmonie avec la nature que nous avons atterri… et nous nous sommes sentis « comme à la maison ».

Si vous avez envie de parcourir avec tendresse les aventures de la vie, vivre avec ses émotions ou encore apprendre à voir le sensationnel dans l’ordinaire… Inscrivez sur votre liste : « Lire un livre de Maud Roegiers » ! … parce qu’elle nous amène à revenir à l’essentiel…

Crédit Photo : Sébastien Roberty

Cinqmille : Tes formations et expériences sont diversifiées… L’illustration d’albums jeunesse est arrivée plus tardivement. Pourquoi ce choix du monde de l’enfance comme tournant à ta carrière ?

Maud : J’ai commencé par des études de stylisme. J’ai dû créer une collection, et j’ai choisi de la faire à destination des adultes, mais dans des tissus enfantins. C’est là que j’ai touché à mes premières envies de travailler pour les enfants. En terminant mes études, j’ai trouvé un boulot directement comme styliste dans un magasin pour enfants. Mais, je me suis rendu compte que je n’étais pas prête à travailler, que j’avais encore envie de poursuivre des études et c’est comme ça que j’ai commencé les cours du soir en illustration graphisme. Le travail de fin de 3e année, c’était la réalisation d’un livre.  « Lettre à Émilie » est né. Ma prof me disait qu’il était vraiment bien et m’a conseillé de le présenter, j’ai donc été chez un éditeur. C’est là que je suis arrivée dans le monde de la littérature jeunesse.

Cinqmille : Tu nous reçois chez toi, là où se situe ton atelier. Tu as besoin de conditions de travail particulières ?

Maud : C’était mon envie d’avoir mon atelier en bas afin d’être en lien avec mes enfants. Ils travaillent souvent à côté de moi. Même si parfois ça m’insupporte (rire) ! Mais j’aime ce côté ouvert, les voisins qui viennent… Il n’y a pas besoin de conditions particulières. Je peux travailler avec du bruit ou du monde autour de moi. Surtout pour la mise en couleur. Si j’écris, c’est un peu plus compliqué.

Crédit Photo : Sébastien Roberty

Cinqmille : Justement, tu es parfois uniquement illustratrice. Comment se déroule alors la collaboration avec les auteurs ?

Maud : ça varie très fort. Par exemple, « La grande aventure », j’ai collaboré avec une amie. Emilie de « Lettre à Emilie » !  Concernant « Respire », c’est aussi une amitié. Pour le « Pilote du ciel », Nancy m’avait envoyé son texte. On ne se connaissait pas, j’ai dit OK. « L’oiseau de papier », c’est sur conseil de mon éditeur qui trouvait que ça correspondait à mon style. Mais la grande rencontre, c’est sur  « Le sais-tu ». Mylène avait écrit un texte qui avait fait fureur sur les 25 choses qu’un enfant doit savoir. J’ai lu le texte et je me suis dit : « waouh ! Faut faire un livre avec ça ! ». Du coup, je l’ai contactée. On a fait la liste ensemble et retravaillé l’écrit en duo à partir du texte de base.

Je suis un peu tombée en amour avec la bienveillance.

Cinqmille : Tes titres ont un côté un brin philosophique, « Respire », « Prendre le temps », « Le sais-tu ? », « La liste »… Qu’est-ce qui t’inspire ? De quoi ont besoin les enfants actuellement ?

Maud : Ces 4 livres sont particulièrement liés, c’est vrai. Parce qu’ils parlent de bienveillance. Je suis un peu tombée en amour avec la bienveillance. C’est un sujet qui m’intéresse énormément pour les enfants parce que je pense qu’ils ont trop la pression. Selon moi, on devrait leur apprendre à vivre avec des choses simples. Ces livres conseillent de profiter des petites choses, des choses simples de la vie et de la nature.

Crédit Photo : Sébastien Roberty

Cinqmille : Tu fais également beaucoup d’animations, notamment scolaires, autour de tes livres et du théâtre japonais : quel est le petit plus de ces rencontres ?

Maud : Ça me permet d’avoir un retour direct sur mes livres, de savoir comment les enfants réagissent aux histoires.

Cinqmille : Tu t’es lancé comme cofondatrice et designer de la marque mobilier Elysta, comment ça a vu le jour ?

Maud : On souhaitait créer un lit nuage pour notre fille, la plus grande. J’ai dessiné le modèle et Erwan l’a réalisé. Pour moi, ce n’était pas un projet en soi. Lui, avait envie de lancer un truc, de faire des lits cabane, etc. Dans la société, c’est lui qui mène la barque, moi j’imagine juste les nouveaux designs.

Source ©Elysta

Il y a plein de livres dans lesquels je me retrouve.

Cinqmille : Un projet marquant ?

Maud : La rencontre avec Mylène et le début de « Le sais-tu ». C’était un gros tournant dans ma vie. Cet album a explosé les ventes. Ce qui m’a permis de pouvoir en vivre. Ainsi que de l’illustration en général, des faire-part, des affiches… Là, je travaille sur une grande affiche avec des magiciens. C’est pour une nana qui fait des événements d’anniversaire. Je travaille aussi pour un site internet qui fait des comptines pour enfants que j’illustre. Ça reste lié au monde de l’enfance. D’ailleurs, je ne réponds plus qu’à ces appels à projets.

Cinqmille : Si tu devais être l’un de tes livres ?

Maud : C’est difficile comme question ! Franchement, ce serait peut-être « Le sais-tu ». Pendant tout un temps, j’ai dit « Prendre le temps », mais je ne prends tellement pas le temps pour moi. Après, je me retrouve en tant qu’enfant, héroïne dans « Lettre à Emilie », « La grande aventure », c’est moi la petite blonde. Dans « La princesse qui pète » aussi. (rire) Ce sont des histoires reprises de mon enfance. « Prendre le temps », c’est moi que je dessine … Donc, il y a plein de livres dans lesquels je me retrouve.

Crédit Photo : Sébastien Roberty

Cinqmille : Tu as d’autres projets que l’illustration pour enfants et les meubles Elysta ? De nouveaux thèmes à développer ?

Maud : Il y a un projet de livre pour 2022, mais je n’en parle pas encore… ça va être bien !

Cinqmille : Si tu devais donner un conseil de vie à toi-même, une chose à cocher sur ta propre liste ?

Maud : Je suis la première à m’emballer avec le matériel… Ce serait de revenir à l’essentiel ! Et même si ça sonne un peu bateau, de vivre d’amour et de nature.

Crédit Photo : Sébastien Roberty

Cinqmille : Tu nous présentes plus en détail « La liste » sortie le 3 septembre 2020 ?

Maud : C’est l’histoire d’un papy qui donne une liste à sa petite fille. Il lui confie de faire un maximum de choses avant de devenir trop grande. Il y en a 50 ! Cette histoire va se vivre entre la fillette et son papy. Elle continuera ensuite avec son fils.

À côté du livre, on a réalisé un petit carnet personnel intitulé « Ma liste ». Les points de la liste de Mia sont repris, mais on propose à l’enfant d’y inscrire ses propres ressentis. « Mia a adoré danser sous la pluie. Et toi ? Étaient-ils fâchés ? » Chaque fois, l’enfant peut choisir des points de la liste et donner son expérience.

Cinqmille : Actuellement tu travailles sur un album qui sortira en mars 2021. On peut avoir une petite info en exclu ?

Maud : Il va parler de secrets. On est toujours dans le thème de la bienveillance pour les enfants. Tout comme dans « Le sais-tu ? » et « La liste » : il y a des petites choses qui vont apporter aux enfants les outils nécessaire pour la vie. Le message de ces livres, pouvoir évoluer avec toutes les infos possibles !

Suivez ses aventures sur son site ou sur sa page Facebook

Mais aussi le projet des cabanes Elysta