On vous raconte … Marie Tudor

Chronique : Jérémy Arnould // Photos : Marjorie Lambé

Dans la pénombre naissante d’une fin de journée marquée par les averses, le public s’installe et se serre sur les rangées encore mouillées des gradins de Terra Nova. Une légère brume flotte, de-ci de-là. La citadelle de Namur offre un panorama magique sur la ville qui s’endort doucement. Le cadre, même bien connu du public namurois, reste enchanteur et augure une soirée en-dehors du temps.

“En-dehors du temps”, excellente entame pour décrire la pièce qui nous est présentée ce soir… Marie Tudor, classique écrit par Victor Hugo, est ici joué par les comédiens du Théâtre Jardin Passion, dans une version revisitée par leurs soins. Au plaisir qu’ils prendront à le jouer, on devine aisément à quel point ils se sont amusés à concevoir ce spectacle inclassable, entre drame et boulevard, usant impunément d’anachronismes pour brouiller les pistes et ainsi surprendre l’audience.

Le décor est planté, Marie Tudor est une pièce tout en contrastes. Des costumes d’époque côtoient une moto pétaradante ; les alexandrins donnent le change à des riffs de guitare électrique… Pour être franc, il est difficile de comprendre comment un montage d’éléments si dissonants fonctionne et réussit à nous captiver… C’est pourtant le cas et, étrangement, on peut même dire que ces associations servent le texte original de Victor Hugo.

Marie Tudor est un drame mettant en scène les jeux de pouvoir et les intrigues amoureuses dans la cour anglaise du 16ème siècle. Le personnage principal, celui de la Reine, magnifié ici par l’interprétation de Marie-Noëlle Hébrant, porte et résume le spectacle à lui seul. Magnifique et cruelle à la fois, drôle et terrible, la monarque bat la mesure du texte et le ponctue de cris féroces, de rires sardoniques ou de lamentations pathétiques. Victor Hugo présente ici l’aristocratie comme monstrueuse, hideuse et injuste ; et de l’opposer à un peuple simple et naïf. La caricature n’est pas très fine, mais les comédiens ont décidé de s’en accommoder et d’exploiter à fond le caractère parfois grotesque des personnages.

« C’est une femme qui a été outragée, mais c’est une reine qui se venge »

Marie Tudor, une pièce excessive présentée dans un décor superbe. Convaincant et original, un spectacle à recommander !

Du 06/09 au 08/09 à la citadelle de Givet, spectacle Plein Air.

Commentaires

commentaires