L’auteur namurois Frédéric Ernotte et son acolyte Pierre Gaulon font mouche, ou presque.

Chronique : Skylar O’Downey

« Ça ne devait être qu’un jeu pour oublier la rupture. Une manière pour deux amies déçues par l’attitude des hommes de se venger en orchestrant le canular de leur vie : sélectionner huit candidats sur un site de rencontres, le Love Corner, et les mettre à l’épreuve pour une récompense en or : Regina. Mais lorsque le faux profil conçu pour être un redoutable appât devient une cible et que les prétendants disparaissent les uns après les autres, les demoiselles réalisent que l’amour 2.0 est une arène impitoyable. »

Né à Namur le 28 janvier 1982, assistant social et journaliste de formation, Frédéric Ernotte est un véritable touche-à-tout. Étant moins au courant de l’actualité de Pierre Gaulon, le coauteur de ce roman, je me suis rendu compte après quelques recherches que celui-ci avait un palmarès de publications impressionnant et aussi quelques prix à son actif.

Comme des mouches présageait de belles choses. J’ai donc démarré la lecture, impatiente de découvrir ce que me réservaient les deux auteurs.

Ma première impression fut mouvementée par la découverte de détails qui pour certains n’auront pas d’importance, mais qui pour moi, d’origine irlandaise et ayant travaillé dans un pub, eurent du mal à être ingérés. L’uniforme bien trop sexy de la serveuse, la propreté relative de l’endroit – là, j’ai limite mordu le livre -, les personnages (trop?) stéréotypés,… Mais  les deux points qui m’ont fait sortir de mes gonds sont :

D’abord le « farfadet » ainsi mentionné dans l’ouvrage : les auteurs ont-ils voulu parler du leprechaun ? Si les deux personnages sont tirés de légendes collectives, le premier appartient au folklore français et non irlandais… Et puis cela ne s’invente pas, le leprechaun a le bus gratuit chez nous en Irlande !

Ensuite le cliché U2 : Ah ben oui…, il y a un concert de U2 à quelques kilomètres, donc le pub sera plein ! Alors on va être clair, il ne manque plus que The Cranberries – paix à ton âme Dolores -, The Corrs et The Dubliners pour avoir la compilation attrape touristes de la Saint-Patrick.

Évidemment, nous ne sommes pas ici dans une description à l’identique ou un travail de fin d’études sur les us et coutumes irlandais, mais connaissant le souci du détail des auteurs, j’ai ressenti un peu d’agacement en constatant l’utilisation inappropriée de détails qui doivent servir à l’immersion du lecteur dans l’atmosphère irlandaise.

Mais passons à ce qui m’a plu !

L’écriture est claire, fluide, efficace, on ne sent pas le décalage entre les deux styles. La sensation d’un auteur unique est impressionnante. Il faut savoir que Frédéric et Pierre ne s’étaient jamais rencontrés jusqu’à cet été (après parution du livre) et qu’ils habitent à 955 kilomètres l’un de l’autre. C’est donc une collaboration réussie et un pari un peu fou qu’ils ont bien tenu. Il y a du travail derrière et on le ressent.

L’histoire est bien ficelée et j’ai développé une empathie conséquente pour les personnages secondaires. Les descriptions sont précises, complètes et arrivent à projeter le lecteur dans le récit. Les twists sont intéressants et la construction des personnages en alternance, bien que surprenante au début, encourage à poursuivre la lecture.

D’ailleurs, c’est bien cette perspective qui a retenu mon attention. La double identité féminine/masculine du récit est bien réussie, et je tire mon chapeau aux auteurs d’avoir réalisé cet exercice. Quelques références musicales et télévisées sont parsemées çà et là pour aider à la projection et créer un lien affectif avec les personnages. Du moins, c’est ce qu’il s’est passé pour moi.

Oui, ce livre ne m’a pas laissée indifférente, il m’a bousculée, énervée, fait sourire et crier. J’ai donc passé un moment intense à parcourir ce thriller pas comme les autres, et vous conseille vivement de filer chez votre libraire pour en connaître davantage sur cet opus à quatre mains.

__________________________________

Crédit Photo : Jacques Duchateau
Crédit Photo : Anna Jaubert

Comme des mouches, éditions Lajouanie

Prix : 19,00 euros TTC

Facebook Frédéric Ernotte : https://www.facebook.com/FredericErnotteOfficiel/

Facebook Pierre Gaulon : https://www.facebook.com/Gaulonpierre/

Commentaires

commentaires