Glauque par Glauque

Interview par Charles Christiaens / Photos par Skit

Glauque, groupe originaire de Namur, sortait Robot, son premier single fin 2018, a qui succéda Plane en 2019. Aujourd’hui, après 3 ans d’existence, les Wallons sortent leur premier EP éponyme. Et par la même occasion leur nouveau titre Vivre. Voici leur interview.

CinqMille : Pourriez-vous vous présenter ? Qui a quel rôle dans Glauque ? Quelle est l’histoire du projet ? 

Glauque : On est cinq dans le projet, tant que Louis ne nous vire pas. Aadriejan, Baptiste et Lucas sont à la création musicale tandis que Louis et moi-même sommes chanteurs auto-proclamés. Pour ce qui est de l’histoire de la création du groupe, c’est un jeu incessant de la patate chaude pour savoir qui ferait finalement de la musique avec Louis (Lucas, son frère, ne voulant pas, « faute de temps »). Aadriejan s’y est collé en premier pour qu’au final, une semaine avant le premier concert, le groupe se forme sous le nom de « Glauque », à cinq.

Crédit Photo : Skit
Verdur Rock

CM : Qu’est-ce qui a motivé votre besoin de création ?

G : Je pense que comme la plupart des gens qui font de la musique, c’est l’envie d’exprimer des sentiments et des choses qu’on retient dans la vie de tous les jours. Je pense qu’on a une démarche très cathartique en tout cas dans ce qu’on fait.

Crédit Photo : Skit
Verdur Rock
Crédit Photo : Skit
Verdur Rock

CM : Votre plus beau souvenir de scène ou de studio ?

G : Pour Louis et moi-même c’est le Fnac live ! En ayant tourné tout l’été en tant que « groupe » découverte, on devait faire nos preuves à chaque fois devant un nouveau public qui n’était jamais acquis. Alors voir que des centaines de personnes étaient directement avec nous, avec notre musique malgré un soleil de plomb ça nous a revigoré et on a donné tout ce qu’on avait !

CM : A votre sens, de quoi a besoin le consommateur actuel de musique? 

G : J’ai l’impression qu’il y a de moins en moins de place pour des artistes sans identité claire, et dans le monde dans lequel on est, la place est surtout aux artistes solos auxquels on peut facilement s’identifier. Le format de groupe est de plus en plus anachronique.

CM : Y-a-t’il une ou plusieurs chanson(s) qui a/ont une histoire particulière autour de la composition, un contexte spécial ? Pourquoi ?

G : Peut-être ID8, c’est sûrement la chanson qui a le plus évolué durant ces 2-3 ans. Elle a sûrement changé en même temps que nous, puisqu’il y a environ une dizaine de versions différentes… D’habitude on voit assez rapidement quelle forme prendra un morceau, sa structure ou son ambiance mais pas ID8. C’est peut-être la chanson qui représente le plus le groupe.

Crédit Photo : Skit
Verdur Rock
Crédit Photo : Skit
Verdur Rock

CM : L’EP s’appelle sobrement « Glauque ». Est-ce que cela vous a directement sauté aux yeux ? Pourquoi ce nom ?

G : Au départ, on voulait partir sur un album directement pour pouvoir étaler notre propos, pour créer un univers plus cohérent, plus riche mais on se rendait aussi compte qu’en 3 ans on changeait musicalement. On a donc choisi de clôturer en quelque sorte avec le Glauque de ces 3 ans en sortant un EP avec les chansons qui nous ont accompagnées durant ces années. De quoi faire un avant-goût de ce qui attend les gens. Et puis surtout pour faire comprendre aux gens que GLAUQUE EST UNE COULEUR.

CM : Est-ce que l’album vous ressemblent à vous, en tant qu’homme, à votre personnalité ? En quoi ?

G : Je pense que forcément comme on y a tous mis de nous, ils nous ressemblent tous d’une manière ou d’une autre. On a voulu exprimer des choses qui nous touchent de près ou de loin donc oui, on espère qu’il nous ressemble au moins un peu :D…

Crédit Photo : Skit
Verdur Rock
Crédit Photo : Skit
Verdur Rock
Crédit Photo : Skit
Verdur Rock

Foncez sur leur site pour vous procurer leur premier EP !!

Et souvenez-vous, Glauque nous avait fait le plaisir de passer dans notre première session canapé !

Glauque – Quelques papiers »