DES ILLUSTRATIONS FEEL GOOD
Avec Pauline Loroy

Interview : Gaëlle Defeyt // Photos Illustrations : Pauline Loroy

Jeune artiste namuroise, Pauline réalise des illustrations qui n’ont qu’un seul et même thème « Feel good « ! Le but est de rendre heureux, fini les artistes dramatiques ! Pour ce faire, elle alterne les ambiances parfois dynamiques, parfois cocooning.

CINQMILLE : Qui es-tu et que fais-tu? 

Pauline Loroy : Je m’appelle Pauline, Pouet’ pour les intimes. J’ai étudié le graphisme à l’IATA puis à la Haute école Albert Jacquard. J’ai toujours beaucoup aimé les arts et tester des techniques différentes : photographie, peinture, illustration, arts digitaux, webdesign… Bref ! Je suis un couteau suisse.

Récemment j’ai décidé de faire des illustrations « pour le plaisir » et non pas pour un projet scolaire. J’ai découvert ma patte graphique sans prendre cette activité bien au sérieux… Un jour, un ami m’a dit qu’il avait reconnu une de mes illustrations sans savoir que c’était de moi, ça m’a fait énormément plaisir et m’a d’autant plus donné envie de continuer. Mon entourage joue beaucoup, j’ai des amis très talentueux qui m’inspirent chaque jour un peu plus!

CM : Tu es webdesigner et graphiste à la base, quelle est la place de l’illustration dans ta vie? 

PL : C’est marrant car, au début, j’ai eu beaucoup de mal au cours de dessins! Je me souviens encore de mon prof (coucou à lui) qui critiquait mon travail en me disant « pourquoi tu dessines des « bonhommes » ? » au lieu de portraits. Je réalisais les traits principaux, j’allais à l’essentiel. Ce qu’on me reprochait a fini par me servir, car en webdesign c’est justement à l’essentiel qu’il faut aller. Les deux domaines se marient très bien ; il y a de plus en plus d’occasions de mettre des éléments en avant avec quelques dessins, comme les illustrations de google, les applications, les articles illustrés, les affiches de festivals … Les domaines sont donc compatibles !

CM : Quand on observe ton travail d’illu, on perçoit tout de suite un côté doux, lumineux, positif… Est-ce important pour toi de véhiculer ces sentiments/sensations positives ?

PL : C’est assez important, oui !  Je n’ai jamais compris le syndrome de l’artiste torturé. Comme quoi l’inspiration vient dans la douleur, la dépression, la solitude. Tant mieux si ça marche pour d’autres, moi ce n’est pas trop ma tasse de thé !

Je ne suis peut-être pas la personne la plus positive, mais je vais tout le temps rechercher cette positivité, je collectionne les mantras feel good qui me poussent à être une meilleure personne, je mets une playlist enjouée (que je vous recommande d’ailleurs) et je m’entoure d’animaux et de plantes. Je suis convaincue que penser positif attire le positif!

CM : Quelles sont tes influences / sources d’inspiration? Ton processus de création?

PL : J’en ai plein! Ce monde est vraiment rempli de gens talentueux !!!

La personne qui m’a inspiré pour commencer l’illustration c’est Salomé Gautier; le fait qu’elle soit namuroise a rendu cela accessible… Je me suis dit : « Pourquoi pas moi? »

Mon coup de coeur de cette année, c’est le travail de Zoé Van Hoef ! J’ai été très touchée par ses dessins, les techniques qu’elle utilise m’impressionnent énormément.

Mon ultime inspiration c’est Charlotte Dessine (ndlr : retrouvez son interview dans le Magazine Cinqmille #1)! Je connaissais son travail avant de la connaître elle, on s’est retrouvées dans la même classe et on est devenues tout de suite super proches. Le fait de la voir réaliser ses projets m’a beaucoup inspirée, je ne sais pas si j’aurai osé me lancer dans cette aventure si je ne l’avais pas vue faire avant.

Concernant mon processus de création, j’ai toujours une idée  ou l’autre derrière la tête : une liste d’illustrations à réaliser, de photos à faire… Je m’inspire de photos, de fleurs notamment, ensuite je dessine un croquis, le re-crée sur illustrator à la plume, clic par clic. Le plus dur dans le process, c’est de trouver les couleurs, j’en change beaucoup avant d’être satisfaite du résultat. J’ai aussi certaines couleurs fétiches que l’on peut retrouver dans plusieurs de mes compositions.

CM : Tu exposes pour le moment à l’Arsène Café, parle nous un peu plus de cet événement ? 

PL : Charlotte Dessine a exposé à l’Arsène en Octobre, le bar venait alors d’ouvrir. J’ai tout de suite été charmée par cette pièce conçue pour les expositions. C’est une des grandes qualités de l’Arsène café d’après moi, il y fait bon vivre, il y a toujours un spectacle ou l’autre, quelque chose à découvrir. Je trouvais ça génial mais je ne me projetais pas encore assez que pour me dire que j’avais moi aussi ma place sur ce mur. Un jour je me suis dit que je n’avais rien à perdre après tout.  Si quelqu’un hésite à franchir le pas je ne peux que l’encourager à le faire!

Je n’ai pas spécialement cherché à créer un fil rouge pour cette expo. Si elles ont l’air harmonisées, c’est en grande partie car je les ai faites vers les mêmes dates, poussée par l’adrénaline de la dead-line !

CM : Quel est ton lieu préféré à Namur OU quel est ton meilleur souvenir de soirée à Namur? 

PL : Au-dessus de la citadelle avec quelques amis, du soleil, et la ville à portée de main. Sinon je suis fan du bas de la ville, les petites rues piétonnes, la rue des brasseurs qui renaît de ses cendres, c’est une ambiance que l’on ne retrouve pas facilement dans de plus grandes villes.

CM : Avec quel.le artiste namurois / belge rêverais-tu de collaborer?  

PL : Dans un monde idéal, je me vois bien collaborer avec des personnes telles que Charlotte Abramow et Angèle, qui mettent des valeurs comme le féminisme en avant mais en gardant un ton léger et marrant plutôt que moralisateur. Pourquoi pas aussi faire quelques collabs avec d’autres illustrateurs !

CM : As-tu d’autres projets d’exposition / collaborations / autre … dans les mois à venir? 

PL : Rien de défini pour le moment. Je vais continuer de créer de nouvelles illustrations et de les poster régulièrement. Pourquoi pas trouver d’autres endroits comme l’Arsène qui souhaiteraient accueillir mes œuvres durant un temps, à Namur ou dans d’autres villes.

Je suis assez ouverte sur les possibilités, curieuse aussi de ce que l’avenir me réserve !

CM : Quel est ton super pouvoir? 

PL : Contribuer à embellir le monde. Pour moi c’est un besoin de créer et de partager cela avec mon entourage. Ils sont parfois étonnés du rythme que j’arrive à tenir en plus de mon travail à plein temps. Ce n’est pas parce que j’ai plus facile que quelqu’un d’autre mais je suis réellement motivée et passionnée.

Un super pouvoir en dehors de cet aspect créatif ce serait la capacité à utiliser pleins de références de film dans d’autres contexte (surtout des phrases de film Disney et Pixar)

Pour suivre Pauline : 

NDLR : Exposition visible jusqu’au 11 mai à l’Arsène Café (19 rue des Brasseurs)

Facebook : @Pauline Loroy // Instagram : @pouet.pouet.design // www.dribbble.com/paulineloroy // www.paulineloroy.be

Commentaires

commentaires